Origines Liban

Contenu - Menu - S'identifier - Brouillons - Contact

PHOTOS

 

 

 

 

 

  

 

 

 

>

Mon titre contenu de la page


Derniers commentaires

→ plus de commentaires



S


Enfant illégitime ou abandonné.

La Revue du Liban avril 1998

 

   


ENFANT ILLIGITIME OU ABANDONNE

 
Titulaire d’une maîtrise en droit privé, d’un DEA en droit international privé (ASSAS, Paris II) et d’un DESS en droit du commerce extérieur (Paris I, Sorbonne), Me Nizar Saghieh est spécialiste en droit comparé. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Vue d’ensemble de la crèche St Vincent de Paul située à Achrafieh.
 


Deux familles françaises ayant adopté chacune, auprès de la crèche St Vincent, deux enfants 
sri-lankais et éthiopien abandonnés par leurs mères.


La crèche des Sœurs de la Charité à Khandak al-Ghamik, (photo d’archives).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Entrée principale de l’orphelinat musulman à Tarik al-Jadidé.


 
 
 

 

 
Rejeté, exclu ou même raillé, l’enfant illégitime porte, durant sa vie, la marque indélébile des circonstances honteuses de sa naissance, sa présence au sein de la famille constituant une preuve de l’infâmie et du déshonneur. Dissimulé ou abandonné, il subit les sanctions iniques d’un crime qu’il n’a pas commis, les dispositions défavorables du droit commun et des lois confessionnelles. 
Devant tant d’injustice et de détresse, nous avons jugé utile d’étudier de plus près ce phénomène social: Quels sont les droits des enfants illégitimes? A quel point les mécanismes de régularisation (légitimation, reconnaissance, adoption...) résolvent-ils  leur problème? Dans quelle mesure peuvent-ils prétendre à la succession de leurs parents? Quel est le sort des enfants abandonnés? Et quelles sont les solutions possibles pour combattre cette discrimination? 
Me Nizar Saghieh, avocat à la Cour, a bien voulu nous faire part de son avis en tant que juriste. De même, nous avons mené une enquête auprès de certains orphelinats et crèches pour découvrir, sur le terrain, la réalité vécue par ces “enfants de la honte”. 

Le concept de relève, comme toute question relative aux statuts personnels, des diverses lois confessionnelles. 
Chez les chrétiens, tout enfant né hors mariage est considéré comme illégitime. 
En droit musulman, par contre, seul l’enfant né d’une relation adultérine est un enfant illégitime. Mais l’accouplement hors mariage ne constitue pas, nécessairement, un adultère lorsque les partenaires croyaient de bonne foi, par méconnaissance des conditions du mariage légal, à sa légitimité. 

 
Il serait intéressant de s’attarder sur la terminologie utilisée pour désigner cet enfant, car elle reflète à merveille le regard  que porte la société libanaise sur ce phénomène. 
Le terme illégitime évoque la non-légitimité d’une relation adultérine et d’une naissance survenue en violation de la loi. La mise au monde de cet enfant menace les valeurs familiales et déstabilise la société. 
Un deuxième terme populairement utilisé et très répandu est celui de “
puis, trouvé. Cette dénomination concerne une partie des enfants illégitimes abandonnés par leurs parents et recueillis par des étrangers. 
Toutefois, le langage populaire libanais l’adopte pour désigner tous les enfants illégitimes sans exception. C’est la preuve irréfutable que la société actuelle reste profondément marquée par les mentalités ancestrales: Il était, en effet, inconcevable, dans les temps anciens, que l’enfant illégitime reste avec ses parents. Il devait être exclu de la famille d’origine pour y rétablir l’ordre et en préserver l’honneur. 
Le terme “lakit” utilisé, arbitrairement, traduit donc la volonté inconsciente de dénigrer l’enfant illégitime considéré comme un intrus. 

DROIT COMMUN SANCTIONS CONTRE L’ABANDON ET L’AVORTEMENT 
Le droit commun qui s’applique à tous les enfants illégitimes, quelle que soit leur confession, comprend plusieurs dispositions. 
Le code pénal atténue, pratiquement, la responsabilité de la mère qui avorte, abandonne ou même assassine son enfant pour sauvegarder l’honneur familial ou par crainte du déshonneur. Cette notion de “préservation de l’honneur” est une pétrification des traditions archaïques qui ne conviennent plus à nos sociétés actuelles et fait office d’argument irréfutable pour justifier un tel crime. Le droit à la vie d’un être innocent ne devrait-il pas primer l’honneur? 
Toute femme qui se fait avorter ou tout parent de cette femme qui l’oblige à accomplir un tel acte pour sauver l’honneur familial, bénéficiera de circonstances atténuantes. 
L’abandon du bébé est frappé d’une sanction dépendant des conséquences de cet abandon, si l’enfant décède. La responsabilité est, en général, aggravée pour les ascendants auteurs de l’abandon, alors que la mère jouit de circonstances atténuantes. 
En France, la mère est tenue responsable au même titre que les ascendants. 
Une mère qui assassine son enfant risque, quant à elle, un minimum de 3 ans et un maximum de 15 ans de prison, alors que l’auteur d’un assassinat encourt, généralement, la peine capitale. 

NATIONALITÉ ET INSCRIPTION À L’ÉTAT CIVIL 
sur la naturalisation, réputée pour être exigeante (tout enfant né de mère libanaise n’acquiert pas, automatiquement, la nationalité), se montre très tolérante pour l’enfant abandonné et illégitime. 
Le premier
) acquiert le droit à la nationalité dès lors qu’il est trouvé au Liban. 
Le second dont la filiation est établie, obtient la natio-nalité du parent qui a été le premier à le reconnaître. Si les deux parents le reconnaissent en même temps, il aura la nationalité du père. 
La loi sur l’inscription des actes de l’état civil oblige toute per-sonne qui découvre un enfant aban-donné à le remettre, ainsi que tout objet l’accompagnant au moukhtar de la localité où elle l’a trouvé. Celui-ci se charge de l’inscrire à l’état civil et de le remettre aux associations charitables, toutes à caractère confessionnel, reconnues par les institutions étatiques. 
Toutefois, et c’est là le tort, le terme “lakit” sera mentionné en en-tête sur l’acte d’état civil. 
La religion de cet enfant sera déterminée selon la confession majoritaire dans la région où il a été trouvé. Cela signifie que l’enfant porte, automatiquement, dès sa naissance, une marque confessionnelle pour toute la vie. 
En ce qui concerne l’enfant illégitime, le nom de son père ou de sa mère ne peut être mentionné, sauf s’il est reconnu par l’un d’eux. 

DROIT RELIGIEUX MUSULMAN  

FILIATION ET HÉRITAGE 
Chez les musulmans, l’enfant né d’une relation adultérine illégitime ne peut s’affilier qu’à sa mère. Son père, en revanche, se voit interdit, conformément au texte coranique, de le reconnaître ou d’exercer une autorité sur lui. 

L’homme considéré comme l’initiateur de toute relation adultérine, est condamné à en assumer l’entière responsabilité. Sa sanction serait donc de le priver de sa descendance. C’est, toutefois, une arme à double tranchant: “Condamner” le père équivaudrait à sanctionner, indirectement, l’enfant. 
L’enfant illégitime reconnu par sa mère, porte son nom et hérite d’elle sur la même base d’égalité que ses autres enfants légitimes. 
Tout en faisant preuve de rigidité, le droit musulman introduit des techniques juridiques de nature à contourner les interdictions et à régulariser, tant bien que mal, la situation de l’enfant illégitime. 
Ce dernier sera déclaré légitime, au cas où l’union s’est faite en méconnaissance de la loi, en vertu d’un mariage putatif ou frappé de cause de nullité relative. A titre d’exemple, il suffit aux deux parents d’affirmer qu’en réalité, ils se sont mariés antérieurement sans témoins. L’enfant sera, alors, considéré légitime dès sa naissance. 
L’adoption étant prohibée par un texte coranique dépourvu de toute ambiguïté, la situation de l’enfant abandonné sera régularisée par des échappatoires juridiques: celui qui reconnaît un enfant abandonné comme étant le sien sera généralement cru, pourvu que soient respectées deux conditions essentielles: 
1 - La probabilité que l’enfant soit le sien, compte tenu de l’âge. 
2- Nier que l’enfant est le fruit d’une relation adultérine. 
Ces alternatives prévues dans le droit musulman pour protéger les intérêts des enfants illégitimes et abandonnés visent, également, à déjouer le principe interdisant au père de reconnaître son enfant. 
Il convient de noter, pour terminer cette partie, que l’enfant illégitime ne peut mener une action de recherche de paternité, au cas où le père refuse de le reconnaître 

DROIT RELIGIEUX CHRÉTIEN 

LA SUCCESSION 
La loi de 1959  sur les successions et testaments marque une évolution par rapport aux lois précédentes. Elle distingue trois catégories principales d’enfants illégitimes: 

1- Les enfants naturels simples nés d’un rapport entre deux personnes célibataires n’ayant pas de lien de parenté proche. 
2 - Les enfants adultérins, nés d’un rapport entre deux personnes, dont l’une est liée par un mariage. 
3 - Les enfants incestueux, nés d’un rapport entre un homme et une femme dont le lien de parenté constitue un empêchement au mariage. 
L’enfant naturel simple hérite de ses parents et peut recevoir des donations et des legs. Toutefois, en présence de frères légitimes, sa part dans la succession équivaut au quart de ce qu’il aurait hérité s’il était légitime. En d’autres termes, admettons que deux enfants, l’un légitime et l’autre illégitime, doivent partager l’héritage laissé par leurs parents. L’enfant illégitime n’hérite que 12,5% de la fortune, alors que l’enfant légitime a droit aux 87,5% restants. 
Les enfants adultérins et incestueux n’ont aucun droit de regard sur l’héritage laissé par leurs parents. 
Il faudrait, tout de même, souligner que l’enfant peut être adultérin vis-à-vis de l’un de ses parents et, naturel simple,  vis-à-vis de l’autre. Si l’un des deux est lié à un mariage, l’enfant pourrait succéder à celui qui était célibataire au moment de la naissance. 
Même si le parent marié reconnaît l’enfant, ce dernier ne peut lui succéder, car la loi a le souci de protéger la famille légitime contre cet intrus illégitime. 

LÉGITIMATION ET ADOPTION 
Les lois confessionnelles chrétiennes prévoient un mécanisme de légitimation par le mariage ultérieur des parents naturels. Cependant, chez les catholiques, la légitimation ne peut s’accomplir s’il y avait un empêchement au mariage au moment de la naissance. A titre d’exemple, si l’un des parents était de religion différente, sa conversion, pour contracter un mariage chrétien après la naissance, n’aboutit pas à la légitimation de l’enfant. 
Une autre cause d’empêchement surgit, si l’enfant naît d’une relation adultérine entre deux parents dont l’un est lié par un mariage. Si ce dernier arrive à se libérer du premier mariage pour se remarier avec son partenaire, l’enfant demeure illégitime. Ce principe s’applique chez les protestants. Le problème ne se pose pas chez les orthodoxes. 
L’adoption, contrairement à la loi musulmane, est admise en droit chrétien. La procédure a lieu devant les autorités religieuses. 
Il est utile de noter que l’adoption peut être révoquée chez les catholiques, au cas où l’enfant, après avoir atteint la majorité, décide de changer de religion. 
L’action en recherche de paternité est confinée, quant à elle, dans des cas d’ouverture et des délais de forclusion très restrictifs, ce qui la rend très difficile à établir. Aussi, faut-il prouver qu’il y a eu viol, enlèvement de la mère, séduction dolosive, abus de pouvoir ou des écrits attestant clairement le lien de paternité. 
En revanche, la recherche de maternité nécessite, uniquement, de faire valoir des indices sérieux. C’est, encore une fois, la marque du droit oriental qui tolère plus facilement le lien de filiation avec la mère qu’avec le père. 

RÉFORME À ENVISAGER 
Il serait bon, dans ce contexte, de proposer des solutions d’avenir pour remédier à toute discrimination. Mais ne nous berçons pas d’illusion: les réformes touchant les statuts personnels s’avèrent être une tâche ardue, car elles relèvent des lois confessionnelles. 
Trois politiques devraient guider toute réforme future: 
1 - Prendre la décision d’accroître les droits des enfants illégitimes et ce, à trois niveaux: augmenter leur part dans la succession, les protéger contre le concept de l’honneur visant à les exclure ou les tuer et punir, sévèrement, tout propos diffamatoire à leur encontre. 
2 - En cas d’adoption ou de non reconnaissance, adopter une politique d’insertion plus efficace à trois volets: 
• Modifier la terminologie péjorative du terme “lakit”, utilisé sur l’acte d’état civil; 
• faciliter l’action en recherche de paternité et maternité, d’autant plus que les techniques biologiques modernes (ADN) fournissent des résultats aussi sûres que rapides; 
• encourager l’Etat à contrôler l’instruction religieuse de ces enfants, quand certaines institutions d’accueil se montrent trop zélées jusqu’au fanatisme. 
3 - Favoriser tout mécanisme de régularisation pouvant légitimer le plus grand nombre d’enfants. Cette politique d’action aura pour cible toutes les lois qui rendent la légitimation difficile. 
Ce dernier point concerne, également, en grande partie les enfants nés d’un mariage civil. 
En effet, il est indispensable de noter qu’il pourrait y avoir conflit de qualifications entre les inscriptions des actes civils, lesquelles reconnaissent la légitimité d’un enfant né d’un mariage civil contracté à l’étranger et les lois confessionnelles exigeant, parfois, l’accomplissement d’un mariage conforme aux rites religieux, pour reconnaître la légitimité de la naissance. 

Pionnier de l’accueil des enfants abandonnés au Liban: 

 

RAPPEL HISTORIQUE 
En 1847, arrivaient à Beyrouth pour servir les pauvres et les malades, quatre Filles de la Charité de St Vincent de Paul, dont Mère Gellas (rue Mère Gellas au vieux centre-ville). 

Un an plus tard, elles découvraient sur une poutre de leur premier chantier, une petite fille abandonnée, nouvellement née. Elles l’appelèrent Cécile La Poutre. Ainsi, commençait l’œuvre de la Crèche St Vincent. 
Les sœurs de la Charité s’occupaient des bébés abandonnés et les plaçaient chez des nourrices. A l’âge de 5 ans, les fillettes étaient envoyées à l’orphelinat de Zouk où elles recevaient une bonne éducation jusqu’à l’âge de 18-20 ans. Habiles en broderie et parlant bien le français, elles travaillaient, souvent, comme gouvernantes. L’orphelinat de Broummana était réservé aux petits garçons qui le quittaient à l’âge de 12 ans, pour intégrer l’école technique des pères lazaristes. 
En 1928, la crèche fut reconnue, officiellement, pour l’accueil d’enfants abandonnés à Khandak al-Ghamik. 
En 1952, elle obtint par décret présidentiel l’autorisation d’accorder un extrait de naissance aux enfants abandonnés. 

Dans le passé, un bébé par jour arrivait à la crèche et, actuellement, un bébé par mois. Cette diminution du nombre semble étrange!... Faut-il penser à un trafic d’enfants? 
Maintenant, 150 enfants remplissent la maisonnée, dont 50 internes pris en charge par l’Office du développement social. Les religieuses assurent de même une garderie d’enfants payante (50.000 à 70.000L.L./mois/enfant) et gratuite pour les mamans nécessiteuses, grâce à la contribution du Comité des Petits Lits Blancs (comité  formé par des dames libanaises) et de donations. 
Les Sœurs de la Charité nous ont bien précisé: “La crèche St Vincent est toujours ouverte, jour et nuit. Il n’y a qu’à sonner à la porte et à déposer l’enfant.” 
Elles accueillent des bébés de toute race: libanais, sri-lankais, éthiopiens, des noirs et des métis. 

FORMALITÉS D’ACCUEIL ET SOINS DES BÉBÉS 
Dès l’arrivée du bébé, les sœurs font appel à la gendarmerie et au moukhtar de la région, pour établir un procès-verbal et une déclaration officielle. 
Un décret présidentiel leur confère le droit d’obtenir un extrait de naissance et leur permet de s’occuper elles-mêmes des formalités auprès de la Sûreté générale, sans avoir recours à un avocat. Autrefois, les formalités se faisaient en 24 heures; actuellement, elles traînent dans les bureaux et nécessitent des allées et venues incessantes. 
Chaque bébé doit posséder un extrait de naissance et une fiche individuelle. C’est, uniquement, sur le premier document que figure le terme lakit (abandonné). 
Les sœurs découvrent les nourrissons abandonnés au seuil de la porte dans une caisse en carton ou bien tout nus, enveloppés dans un drap blanc. 
Certains sont sains et vigoureux; d’autres, plus nombreux, présentent un état sanitaire lamentable nécessitant leur hospitalisation et des soins en couveuse. 
Une fois rétablis, ces bébés ne tardent pas à être adoptés avant même l’âge d’un mois, car le nombre des demandes d’adoption excède celui des enfants. 

CONDITIONS, FORMALITÉS ET FRAIS D’ADOPTION 
Les couples adoptants sont, sévèrement sélectionnés par les Sœurs de la Charité qui cherchent l’intérêt de l’enfant avant celui des parents. C’est pourquoi, trois conditions essentielles doivent être remplies: 
1- Le couple doit être croyant, pratiquant et marié, religieusement. 
2- Il doit faire preuve d’une bonne moralité et de valeurs familiales sûres, fournir une attestation du curé de la paroisse, de son employeur et un extrait du casier judiciaire. 
3- Il ne doit pas avoir dépassé les 40 ans (la maman, en particulier). 
4- Il doit avoir un revenu assurant un niveau social acceptable. 
Les formalités d’adoption se font auprès de l’Etat civil et du tribunal ecclésiastique dont dépend le couple adoptant. L’enfant sera, alors, légitimé par adoption et deviendra héritier légal. 
La priorité est accordée aux couples libanais qui préfèrent, dans leur majorité, adopter des enfants de race blanche. Mais les jeunes couples, moins réticents, acceptent de bon cœur les bébés métis et rejoignent, de ce fait, le goût des couples européens. 
Les parents adoptifs prennent en charge tous les frais nécessités par les soins médicaux, les formalités administratives et ecclésiastiques. 
Les couples étrangers doivent de plus couvrir les frais de passeport, de visa et de traduction de documents. Le total de ces frais varie entre 600 et 2.000 dollars pour les couples libanais et pourrait en atteindre 3.000, pour les couples étrangers. 

EN QUÊTE DE LEUR ORIGINE 
A partir de l’adolescence, certains enfants adoptés par des couples étrangers, expriment le désir de connaître leur vraie mère. D’autres manifestent une certaine agressivité vis-à-vis des parents adoptifs. Un voyage s’organise, alors, pour leur faire découvrir le
qui les a accueillis. Les sœurs mettent à la disposition de l’enfant, tout le dossier de famille qui retrace son histoire: accueil, soins, formalités, photos et lettres d’affection de ses parents adoptifs. 
Un dialogue apaisant s’engage entre l’enfant et la responsable du centre qui lui tient des propos pleins de franchise et de compréhension humaine: “Il ne faut pas en vouloir à ta mère de t’avoir abandonné. Une mère célibataire ne peut garder son enfant au Liban. Ni la société, ni la mentalité orientale ne l’admettent. Dans certains milieux, sa vie est même menacée par son père ou son frère. Tu dois être reconnaissant à ta mère d’avoir refusé la vente et l’achat de son enfant. Elle a respecté ta vie. Elle t’a confié à cet établissement pour t’assurer à travers ta nouvelle famille, l’affection, l’éducation et un avenir sûr. 
“Je peux te citer le cas d’une fille-mère qui a jeté son enfant du 5ème étage et a fini en prison; même le cas d’enfants trouvés morts dans des caniveaux, des poubelles et sur des trottoirs. 
“Ta maman n’a pas essayé de te supprimer, ni de te tuer.” 
Très souvent, l’enfant repart apaisé et conscient de l’amour de ses parents adoptifs. 

AIDE AUX MÈRES CÉLIBATAIRES 
En plus des enfants abandonnés, le centre assure un service d’aide aux filles-mères qui expriment le désir de garder leur enfant. Il leur assure la garde du bébé de 7 heures à 14h30 pour leur permettre de travailler et gagner leur vie. Il fournit, également, du lait, des vêtements et des soins médicaux si nécessaires. 
Nous retenons de cette visite les propos de la sœur responsable de la crèche: “Nous sommes au service du Liban depuis 150 ans et restons là pour nous occuper des bébés abandonnés, des orphelins et de tous les cas sociaux. 
“Nous poursuivons notre mission dans l’esprit de notre fondateur Saint Vincent de Paul depuis trois siècles et demi.”

Intégration sociale des enfants illégitimes

L'ORPHELINAT MUSULMAN

APERÇU HISTORIQUE
Dar al-Aytam al-islamiya” a été fondé en 1917, grâce à un groupe de Beyrouthins, en vue de s’occuper des orphelins et des veuves ayant perdu leurs maris pendant la guerre, suite à la mobilisation obligatoire de l’époque.

Situé, à l’origine, à Zoukak el-Blat, l’orphelinat s’est transposé en 1922 à Bourj Abi-Haïdar et occupe, depuis 1933, son siège actuel à Barbir, Tarik al-Jadidé - route nouvelle. Cette route a mérité son nom pour avoir été, expressément, ouverte à l’intention de l’orphelinat dont les activités florissaient.
En 1927, dix ans après la fondation de l’établissement, l’orphelinat a été reconnu, officiellement, par décret.
A partir de 1963, il a connu une expansion remarquable comptant jusqu’à nos jours, quinze centres répartis sur l’ensemble du territoire libanais et regroupant 32 institutions spécialisées dans le service social: nourrissons abandonnés, orphelins, aveugles, sourds, handicapés mentaux et physiques, miséreux, personnes délaissées du troisième âge...
Cet établissement est considéré, actuellement, comme la plus grande institution charitable au Liban, du point de vue effectif et multiplicité des services rendus. Autonome, ne dépendant d’aucune autre organisation, il est géré par un conseil d’administration formé de 16 membres, tous bénévoles. Il regroupe 450 employés et M. Mohamed Barakat en est le directeur général.
A partir de 1950, l’orphelinat a commencé à recevoir des enfants abandonnés et organise, depuis 1967, leur prise en charge par des familles d’accueil.

UN ORPHELINAT OUVERT À TOUS
L’orphelinat accueille 3 à 7 enfants abandonnés par an, déposés aux portes de l’établissement ou à l’entrée des mosquées, des immeubles et des commissariats de police. Il rejette toute discrimination raciale et reçoit, sans distinction, tous les enfants, quelle que soit leur couleur.
Dès leur arrivée, la police judiciaire et le ministère public sont avisés. A la suite d’une enquête menée par ces deux organismes, un procès-verbal est dressé; puis, remis à l’orphelinat, certifiant que les enfants sont de parents inconnus et l’autorisant à s’occuper d’eux.
Mais dans l’attente de ces formalités, l’orphelinat assure aux bébés les soins médicaux nécessaires, après avoir signé, à l’intention de la police judiciaire, une déclaration attestant que ces enfants lui ont été confiés.
L’orphelinat présente, par la suite, ce procès-verbal et l’extrait de naissance à la Direction générale des statuts personnels pour l’obtention d’une carte d’identité. Le terme “lakit” (abandonné) qui reste inscrit sur l’extrait de naissance, ne figure plus sur cette carte comme c’était le cas précédemment.
Si la mère ou la famille de l’enfant abandonné regrette son abandon et voudrait le récupérer, le ministère public se charge de mener une nouvelle enquête sur la base de preuves et d’indices sérieux avancés par les parents, portant sur le sexe, l’âge, le lieu d’abandon, les particularités physiques, morphologiques et vestimentaires de l’enfant.
Les enfants abandonnés et illégitimes, ainsi que tous les orphelins de “Dar al-Aytam” bénéficient d’un système de financement assuré par le secteur public et privé:
1- 35% des dépenses sont couverts par le ministère des Affaires sociales;
2- 65% sont assurés par des contributions et des donations, en espèces et en nature, à raison de 10.000 dons en moyenne par an.

PRISE EN CHARGE FAMILIALE
Les enfants sont gardés à l’établissement, même jusqu’au jardin d’enfants. Ils rejoignent, par la suite, les écoles publiques ou privées suivant les disponibilités.
En fait, les trois quarts de ces enfants sont pris en charge par une famille d’accueil qui pourvoit à tous leurs besoins, à l’instar de ses propres enfants. En général, la prise en charge s’effectue avant que l’enfant atteigne 2 ou 3 ans.
L’orphelinat désigne un comité professionnel formé de quatre membres dont un avocat, un médecin, un administrateur et un spécialiste des problèmes sociaux pour étude et approbation de la prise en charge.
Le couple désireux d’accueillir un enfant, doit prendre connaissance des conditions à remplir. En voici quelques-unes:
1- Le couple doit être de nationalité libanaise.
2- Il doit être marié, légalement, depuis plus de 5 ans.
3- Il doit être de religion musulmane.
4- La prise en charge s’effectue sans intermédiaire, sur la base d’une entente directe entre le couple et l’établissement et sans contrepartie financière.
5- Le couple doit fournir une attestation de bonne conduite morale, relative à chacun des deux conjoints.
6- L’orphelinat suit de près la prise en charge de l’enfant, par l’intermédiaire d’une assistante sociale et durant deux ans.
Cette institution musulmane non-gouvernementale œuvre depuis 80 ans au service de la société libanaise. Soucieuse d’assurer à l’enfant illégitime et abandonné le milieu affectif nécessaire à son épanouissement et l’éducation garante d’un avenir professionnel prospère, elle encourage le système de prise en charge familiale.
Cette formule, approuvée par le droit musulman, contribue à l’insertion et à l’intégration de l’enfant dans la société. 


Home
Home

Home 
dans "Droits de l'homme, de la femme, de l'enfant, droits humains ..." Lu 9546 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant

Commentaires

re: your story,

marcelle joseph - le 10-10-06 à 18:15 - #

My adopted name is Marcelle Joseph,  my family birth name was Mallah,  born in 1949, was adopted to an American family in 1960. along with 3 others, whom are now my brothers and sister. I was cared for by Sr. Poutrain, (deceased in 1960) Sr. Anne Marie, (retired) Sr. Louise, (deceased) and Sr. Agnes.  I have a lot of fond memories. the Crech has changed alot, from the pictures i viewed. I'm sorry I  am not able to read in French, is it possible to e-mail me the transcript in English, for I have forgotten. I'm in seach for my birth parents, I have a daughter and 3 grandchildren, for medical history, I have none. Maybe I can get you to lead me to the source i need.  Any thing you can do for me, would be grately appreciated.  Yes, I've been searching for many years,


Re: re: your story,

marcelle joseph - le 10-10-06 à 18:25 - #

and by the way, please don't us and the children still in the orphanage illegitimate. There had to been a very good reason for being an orphan. I would prefer you call us "CHILDREN WITHOUT PARENTS.              thank you

                                                                                Marcelle (Mallah) Joseph


Re: Re: re: your story,

Laila El Majhad - le 20-11-06 à 10:57 - #

hello mr Joseph,
i'm sorry my english is not verry good but i'll try to simplify that you can understand me.
i'm a journalist, and i work on the situation of the adopted children in lebanon.
your story is very interesting and i really hope that you can find your natural parents and family.
first i was wondering if i can contact you by mail to have more details about your story. i will use it in my article and perhaps this will help you to find your familly.
if you're ok with that contact me at laila_maj@yahoo.fr
thanks and good luck

laila el majhad


adoption

matta

matta - le 24-05-07 à 21:49 - #

Je suis libanaise. Mon mari est français et nous avons uun enfant de 2 ans. Nous avons fait une de mande d'adotion? Nous souhaitons vivement un petit libanais. Avons-nous le droit d'adopter un enfant libanais ?je perle la langue (libanaise) et ma famille habite toujour le pays.


Répondre à l'article