Origines Liban

Contenu - Menu - S'identifier - Brouillons - Contact

PHOTOS

 

 

 

 

 

  

 

 

 

>

Mon titre contenu de la page


Derniers commentaires

→ plus de commentaires



S


200 personnes mobilisées pour la paix au Liban.Le Haut Anjou

social - Publié le 24 Août 2006

 
 
200 personnes mobilisées pour la paix au Liban

A l’invitation de l’association des Enfants du Liban, 200 personnes se sont rassemblées sur le parvis de la salle des fêtes, samedi dernier, pour en appeler à une paix durable au Moyen-Orient. Témoignages, messages d’espoir pour le Liban ont été livrés.

«On a mis des cendres sur les braises», a dit Nawal Waucquier, la vice-présidente d’Enfants du Liban, pour résumer la situation de paix bien précaire au Moyen-Orient. Le cessez-le-feu proclamé le 14 août dernier a mis fin à 34 jours de conflit qui ont durablement marqué les esprits et l’économie du pays. «Aujourd’hui, le peuple libanais aspire à une paix durable avec ses voisins israéliens. On supplie le monde entier de nous aider», a ajouté la Franco-Libanaise devant un parterre de 200 personnes. Des membres de l’association, mais aussi de parfaits anonymes venus en solidarité avec le peuple libanais. Et chacun de brandir son drapeau aux deux bandes rouges centré du cèdre vert sur fond blanc. A leurs côtés se trouvaient les neuf enfants libanais accueillis cet été dans le sud-Mayenne et qui auraient dû partir le 20 août. «Mais l’aéroport est toujours sous embargo. C’est l’incertitude complète», a déclaré Isabelle Elias, la présidente. «On nous parle de délais de un à deux mois pour la réouverture de l’aéroport dont la reconstruction devrait coûter plus de 2 milliards d’euros». En attendant, les jeunes libanais devraient commencer l’année scolaire ici avec leurs petits copains français. La mairie et la sous-préfecture suivent le dossier de près.

Un hommage
aux 1 100 morts

Lors de ce rassemblement, des bougies pour la paix ont été allumées et une minute de silence observée pour les 1 100 morts libanais et les 3 500 blessés. Les enfants ont entonné la chanson de leur foyer, puis l’hymne national. Il n’y a pas de décès parmi leurs proches, mais les dégâts matériels et surtout psychologiques sont énormes. «En temps normal, ce sont déjà des familles en difficulté. Là, leur situation va être pire», souligne Isabelle Elias. Seul rayon de soleil dans le ciel des bombes, les parents étaient rassurés que leur progéniture soit à l’abri en France. Ces enfants de 8 à 12 ans étaient jusque-là des enfants de la paix nés après la guerre civile de 1975 à 1990. Pendant toute la durée du conflit, l’association ici a essayé de les épargner au maximum. Nawal Waucquier, franco-libanaise, a beaucoup échangé avec eux, rassuré les enfants en arabe. Enfants du Liban n’a pas non plus voulu déroger à la tradition du pique-nique de fin de séjour avec les familles qui s’est déroulé la veille du rassemblement au jardin du Bout-du-Monde. Là aussi, les paroles se sont voulues rassurantes. Les enfants ne repartiront que lorsque les conditions de sécurité seront réunies dans leur pays. Ils seront accompagnés d’Isabelle Elias et de Nawal Waucquier. A l’instar de Pascale, 12 ans, qui s’exprime dans un français très correct, les enfants sont pressés de rentrer chez eux, «voir mes parents et mon pays. Quand j’ai vu les photos et les images du Liban bombardé, j’ai pleuré». Gageons que les larmes vont faire place au sourire.

 http://www.hautanjou.com/article.php?id=4667
dans "ARCHIVES" Lu 3614 fois. Version imprimable

Article précédent - Article suivant